Taha Abderrahman Maroc, 1944

Taha Abderrahman Maroc, 1944

Avec son concept de « modernités multiples »,le Marocain préfigure l'arrivée d'une pensée arabefidèle à l'islam mais non passéiste.

d'autres manières d'être musulman, « global » et philosophe : tel est le défi que Taha Abderrahman, professeur à l'université de Rabat, a entrepris de relever. Contre l'affrontement entre communautarisme et universalisme, il propose une morale aux origines multiples, refusant que l'émancipation d'une pensée philosophique ne soit possible que par le détachement d'avec le religieux.

L'universitaire renvoie dos à dos les impasses de la modernité occidentale et du conservatisme musulman. À rebours de l'individualisme occidental, il fait valoir le sens du social inscrit dans la pensée musulmane ; et, dénonçant les envolées trop littéraires des moralistes arabes, il en appelle aux outils logiques, aptes à surmonter les divisions épistémologiques dans lesquelles trop de théologiens se laissent empêtrer.

C'est bel et bien la rationalité comme telle, dans la multiplicité de ses formes, que Taha Abderrahman tâche de protéger, contre le durcissement d'un front qui oppose ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon