Géraldine Dalban-Moreynas, tête à clics

Géraldine Dalban-Moreynas, tête à clics

Son livre, On ne meurt pas d'amour, écrit en temps réel sur Instagram et lauréat du prix du premier roman, se vend encore mieux que les tapis marocains qu'elle propose à ses followers sur son egosite de déco.

Il était une fois une jeune femme qui publia un premier roman à la rentrée 2019, que la presse ignora. Inconnue des libraires, elle en vendit illico 25 000 exemplaires. Dès la sortie, son livre devenait numéro un des ventes sur Amazon. Le titre, On ne meurt pas d'amour, est emprunté à la chanteuse Clara Luciani.

Comme elle le dit aujourd'hui, son histoire, « c'est Walt Disney » : « Je suis une petite nana avec une petite boutique de déco et je me retrouve en train de signer des livres. » Elle porte un pull frappé de grosses étoiles rouges, des baskets blanches, une grosse bague ethnique. Walt Disney ? Pas tout à fait. La bonne fée Instagram veille sur sa destinée. Sa réussite doit beaucoup à ses qualités de communicante. En moins de deux ans, le compte Instagram de geraldinefromlabutte, alias Géraldine Dalban-Moreynas affiche 45,4 k (au début de notre enquête puis au fil des jours, 46,1 k, 46,2 k, 46,3 k) d'abonnés sur son compte, lesquels depuis six mois suivent en ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon