Sur l'île aux remords

Sur l'île aux remords

L'auteur islandais de La Cité des jarres est l'un de ceux qui a inoculé la fièvre du roman noir à l'Europe du Nord. Sous l'oeil mélancolique de son héros récurrent - un policier usé et traumatisé - se révèlent une histoire et une culture très singulières, mais aussi les folies de la globalisation.

Depuis James Ellroy, nous savons que le polar peut saisir tous les enjeux et traumas d'une nation. Depuis Indridason, nous savons qu'il n'est pas besoin pour cela de polars hypertrophiés, d'intrigues démesurées, de personnages en foule, de crimes spectaculaires. Trois cents pages sur la mort d'un petit immigré (Hiver arctique) ou sur l'assassinat d'un Père Noël suffisent. Les romans d'Indridason emportent tout un pays au détour de leurs phrases laconiques. En Islande, le passé est fixé dans la langue même, intacte depuis le Moyen Âge. « Les anciennes sagas, nous expliquait l'écrivain, sont de vastes histoires de familles, de péripéties, de meurtres, de chaos, et elles furent écrite sur des parchemins en cuir, extrêmement rares. Il fallait donc être très concis. Jamais elles n'utilisent deux mots quand un seul suffit, et je m'inscris dans cette tradition. » Dès lors, il paraît logique qu'Indridason choisisse, pour enjeu de son dernier polar, l'un de ces inestimables manuscri ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes