Super-français

Super-français

Pastichant le genre journalistique du livre-enquête, ce roman transplante la mythologie du super-héros dans la France des années 2000. Découvrant subitement leurs pouvoirs, les sept fantastiques gaulois reflètent les passions et faiblesses nationales.

Les super-héros français, contrairement à leurs homologues américains, avancent, ou plutôt volent, à visage découvert. À la différence des personnages traditionnels de comics, Superman et autres, ils n'ont su cloisonner vie publique et vie privée ; et, dans l'intimité comme suspendus dans les airs, ils sont humains, trop humains.

Ça leur est arrivé à tous les sept, comme s'ils avaient été frappés par une épidémie. Jean-Baptiste raconte avoir eu peur la première fois qu'il décolla. Le plus puissant du lot, le plus populaire, a tout de suite pris son rôle très à coeur : en France, le super-héroïsme s'envisage comme une carrière. Pour un salaire de ministre, ils rendent service à l'État, participent à des opérations militaires, prédisent les drames à temps... Au départ, ces êtres surnaturels ont redonné à la France son enthousiasme perdu dans la crise des années 2000 et les attentats terroristes. Leur pipolisation est fulgurante, et pour commencer ils donnent d'eux une ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard