Suicide littéraire

Suicide littéraire

Deux ans avant de se donner la mort, l'écrivain japonais avait écrit un manuel facétieux mariant suicide et littérature en tous genres.

Publié en 1968, deux ans avant que Yukio Mishima ne se donne la mort après une tentative de coup d'État, Vie à vendre était resté inédit en France. Comme souvent, l'écrivain japonais travaille déjà avec sa plume ce qu'il accomplira au sabre : son suicide. Le récit commence alors que le personnage principal reprend conscience à l'hôpital et constate qu'il n'a pas avalé assez de somnifères pour se tuer. Ainsi le roman commence sur une fin ratée, première inversion d'une multitude à suivre. Las d'avoir échoué, Hanio passe une annonce dans le journal pour vendre sa vie. N'ayant plus la force d'en finir, d'autres s'en chargeront pour lui.

S'ensuit un défilé d'employeurs dont les projets, requérant contractuellement la mort de Hanio, échouent tous de manière comique ou pathétique mais toujours très surprenante. C'est ce qui étonne le plus dans ce récit amusant : son aspect feuilletonesque. Un employeur en chasse un autre et, avec lui, un genre littéraire. De pastiche potache en pastiche profond, on parcourt de larges pans de l'histoire littéraire : après un peu de polar, on glisse vers le roman d'espionnage ; vient la littérature gothique quand s'immisce une femme-vampire, puis la comédie de moeurs avec une histoire d'amour passionnel et conflictuel. Surprenante vitalité pour un roman qui menace sans cesse de tuer son personnage principal.

Tout porte à croire que, deux ans avant son suicide, Mishima s'offre un tour d'honneur. Une manière de grignoter à la hâte quelques plats pas encore goûtés, histoire de s'assurer que tout cela n'apportera pas le sens salutaire recherché depuis le début de son oeuvre.

 

À lire : Vie à vendre, Yukio Mishima, traduit du japonais par Dominique Palmé, éd. Gallimard, 266 p., 22 E.

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes