STRINDBERG A DES VISIONS

STRINDBERG A DES VISIONS

À l'instar de Victor Hugo, le dramaturge suédois August Strindberg (1849-1912) fut aussi dessinateur et peintre. Il a 21 ans quand il se lance, « cédant à une impulsion ». Jeune critique d'art, il s'initie à la technique des arts plastiques et s'oppose déjà aux artistes qui délaissent le vrai pour des « paysages de salon » à la mode. Il choisit de s'immerger dans la nature pour peindre des paysages marins, la brume, la neige, la glace et les ciels orageux aux couleurs fortes. En 1883, il rejoint des paysagistes à Grez-sur-Loing en France. À leur contact, il se débarrasse des carcans académiques. Mais il s'écarte de la peinture pendant dix ans à cause de ses « convictions politiques », y voyant alors une frivolité inutile.

À LIRE

AUGUST STRINDBERG, DE LA MER AU COSMOS, Camille Lévêque-Claudet (dir.), éd. Noir sur Blanc/musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne, 224 p., 42 E.

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon