STENDHAL la poursuite du bonheur

STENDHAL la poursuite du bonheur

Les deux grands massifs romanesques que forment Le Rouge et le Noir et La Chartreuse de Parme masquent souvent l'étonnante diversité du paysage stendhalien. Nouvelles, chroniques, récits de voyage, pamphlets, lettres: autant d'exercices dans lesquels excella cet homme pressé. Aux antipodes des pesanteurs et des soucis esthétiques de Flaubert, Stendhal écrit comme il aime vivre: sans règles ni principes, selon son bon plaisir. Et si cette chasse au bonheur emprunte nécessairement des chemins buissonniers, le lecteur ne risque guère de s'égarer. Quels que soient le sujet traité, la forme choisie, le pseudonyme retenu, Stendhal ne fait qu'exposer les multiples facettes de son moi. La nouvelle édition de ses oeuvres romanesques dans la Pléiade, établie sous la direction de Philippe Berthier et Yves Ansel, reflète la richesse de cette aventure. Une occasion rêvée pour montrer, au fil de ses vagabondages et de ses passions, Stendhal en mouvement.

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard