Spirales familiales

Spirales familiales

Les écrivains généalogistes demeurent très actifs outre-Atlantique. Si Anne Tyler est l'une des papesses du genre, sa virtuosité avance toujours à couvert, ne se met pas en scène, pas plus qu'elle n'abuse de l'acide ou du psychodrame.

Raconter sur deux, trois, cinq générations les péripéties d'une lignée. Montrer comment les errements des parents conditionnent les comportements des enfants, qui eux-mêmes influent sur la vie des petits-enfants... Délaissées par la modernité littéraire française, les sagas familiales demeurent un pilier du roman américain. On peut railler les ambitions psychogénéalogiques du genre et reconnaître sa capacité à produire de grands livres : Freedom ou Purity de Jonathan Franzen, Le Déclin de l'empire Whiting de Richard Russo, ou Leçons de conduite, qui valut le prix Pulitzer à Anne Tyler en 1989. Avec son dernier roman, Une bobine de fil bleu, elle poursuit sur le fil d'un genre qu'elle a contribué à sophistiquer. Car, par sa forme ample, les multiples personnages qu'elle induit, les jeux de miroirs auxquels elle invite, la saga familiale se prête à toutes les expérimentations, toutes les fantaisies chronologiques, toutes les ellipses, si ch ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard