Souvenirs inexacts

Souvenirs inexacts

Les copains d'abord. On s'en voudrait de ne pas piquer son titre à Georges Brassens, pour le livre de souvenirs - enfin de quelques-uns - d'André Asséo qui fut le fidèle copain de Georges, et fonda les Journées Georges Brassens, à Sète.

Les souvenirs commencent mal : mort de Jef Kessel, mort de Romain Gary, deux amis, deux sortes de modèles, de mythe. Gary, on le redécouvre aujourd'hui, notamment grâce à l'essai de Nancy Huston. Kessel, l'immense Jef, il ne faudrait pas l'oublier. Ni le rôle essentiel qu'il a joué dans le journalisme, dans la littérature moderne, la littérature de reportage, de voyage, mais aussi le vrai bon roman classique, avec les quatre volumes du Tour du malheur . Il a droit à un superbe portrait, tout de tendresse et de nostalgie, ces deux sentiments délicats qu'inspirait à tout coup ce colosse : « Il quittait son pays, voyageait pendant six mois, menait la vie de ceux dont il voulait raconter l'existence ; dormait dans un cinq étoile ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes