Sous les tapis

Sous les tapis

À l'époque victorienne, une journaliste américaine infiltre une maison londonienne comme domestique et érige les tâches domestiques au rang de science.

Elizabeth L. Banks (1872-1938) était l'une des pionnières les plus incisives du journalisme d'immersion d'importation américaine. Orpheline élevée dans le Wisconsin, elle accélère sa carrière en traversant l'Atlantique avec 400 dollars, sa machine à écrire et son chien Judge. À peine débarquée, elle réplique à Kipling, qui fustige dans The Times « la frénésie indécente » de la société américaine. Le quotidien ouvre ses colonnes à une inconnue de 20 ans et titre : « An American Girl in London ». Parues en 1896, ses aventures d'infiltrée comme bonne de maisons londoniennes jetèrent une lumière crue sur les relations entre maîtresse et servante.

Après avoir passé une petite annonce, Elizabeth L. Banks « entre elle-même en condition » de domestique sans avoir de compétences. Mais elle s'était préparée en potassant un livret sur les tâches des domestiques qui, organisées de manière rationnelle, constituent pour elle un savoir-faire perfectible. Deux semaines lui ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon