Sous le signe de la culture juive : les premiers pas de l'antilope

Sous le signe de la culture juive : les premiers pas de l'antilope

Un nouvel éditeur inaugure son catalogue avec un premier roman israélien, ayant lui-même trait aux débuts de l'État hébreu.

Saluons la naissance de l'Antilope, nouvelle maison d'édition qui cherche à rendre compte, avec la légèreté et l'endurance propre à son animal totem, de la diversité de la culture juive à travers le monde. Fondée par Gilles Rozier, ancien directeur de la Maison de la culture yiddish, et Anne-Sophie Dreyfus, éditrice éprouvée, la jeune maison, qui prévoit de publier cinq livres (essais ou fictions) par an, fait paraître un premier roman des plus séduisants : Comme deux soeurs, de l'Israélienne Rachel Shalita, que Gilles Rozier a pris soin de traduire lui-même. Débutant à Tel-Aviv dans les années 1920, le roman décrit, à travers les vies imbriquées de ses personnages, les prémices de la fondation de l'État hébreu. Roman politique ? Au contraire : la force de ce livre est de ne pas s'appesantir sur un contexte, mais de raconter la naissance d'une nation à travers une communauté de destins.

Tsiona et Véra ont grandi ensemble. L'une a perdu son père dans un tragique accid ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article