Sous la canicule

Sous la canicule

Les faits de société inspirent de plus en plus souvent Thierry Jonquet. Après avoir abordé Mai 68 dans Rouge, c'est la vie 1998, puis le thème difficile de l'enfance maltraitée dans Moloch 2002 et celui, tout aussi difficile, des scarifications dans Ad vitam aeternam 2002, il vient de prendre pour toile de fond de son dernier roman, Mon vieux, la terrible canicule de l'été 2003.

Le livre débute comme une chronique : dans une demi-douzaine de pages, Thierry Jonquet se plaît à présenter la plupart des protagonistes de l'histoire qu'il va raconter - ou plutôt des histoires au pluriel car, comme il aime souvent le faire, il y en a en l'occurrence plusieurs qui se suivent, se recoupent et se chevauchent. La première d'entre elles concerne un certain Daniel Tessandier, juste au moment où la propriétaire du modeste appartement qu'il occupe, avenue Parmentier à Paris, le prie de déménager vite fait. Ce ne serait pas grave si Daniel avait du travail, ou ne serait-ce que des parents gé ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé