Sourdes vibrations

Sourdes vibrations

Depuis quelque temps, Bertrand Leclair a délaissé ses errances scripturales érotico-lyriques (dans lesquelles il excellait) pour investir la question de la famille. Son dernier livre, Petit éloge de la paternité, en était l'exemple le plus probant, mais pas nécessairement le plus abouti. Avec Malentendus, il a trouvé le parfait dosage entre expression individuelle et résonances universelles. Peut-être, justement, en s'emparant d'une histoire qui n'est pas la sienne, mais celle d'un certain Julien Laporte : « Un intellectuel sourd qui n'a pu le devenir, intellectuel, qu'après avoir échappé à l'éducation d'un père sûr de lui et autoritaire [...] et y parvenir avec la même détermination, le même volontarisme que lui, cependant ! »

Bertrand Leclair avoue s'être battu longtemps avant de vaincre la culpabilité d'écrire sur la surdité : ce drame trop facile, qui lui tendait les bras depuis que sa fille avait été diagnostiquée telle. Après une douzaine de livres, et ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon