Soubassements méconnus d'un continent

Soubassements méconnus d'un continent

On réduit souvent l'oeuvre de John Ronald Reuel Tolkien à quelques textes : Le Seigneur des anneaux (paru pour la première fois en 1954-1955), depuis son succès sur les campus américains dans les années 1960, ou plus récemment dans le sillage de la première trilogie cinématographique de Peter Jackson (2001-2003) ; et Le Hobbit (paru en 1937), aussitôt devenu un classique de la littérature de jeunesse, avant d'être adapté aujourd'hui par le même réalisateur. Le succès inattendu des Enfants de Húrin (2007) a permis d'ouvrir une fenêtre sur le passé de la Terre du Milieu ; mais, comme pour Le Silmarillion (1977), la notoriété de ce récit ne dépasse pas quelques millions de lecteurs. Combien ignorent, par conséquent, les milliers de pages écrites par Tolkien dès 1916, pour Les Contes perdus ?

Démobilisé du front à cause d'une maladie contractée dans les tranchées françaises, où il sert comme officier dans les transmissions, le jeune To ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon