SOS Humanités

SOS Humanités

La réforme annoncée du collège, puis celle de l'orthographe, ont rouvert un débat toujours prêt à s'enflammer en France sur la déshérence de la culture classique. Qu'en est-il cette fois-ci ? Simple rite ronchon ou réel péril ?

Le latin et le grec sont-ils voués à devenir langues parfaitement mortes en France ? Bien des voix l'annoncent, émues par leur relégation, lors de la prochaine rentrée du secondaire, dans des « EPI » (enseignements pratiques interdisciplinaires), laissés à l'appréciation des établissements qui le veulent ou le peuvent. L'inquiétude est légitime : la collectivité a le droit de savoir ce que l'on enseigne aux collégiens, et les EPI ressemblent assez à des corbillards fleuris. Mais, comme souvent en France, le débat a été obscurci par des prises de position pavloviennes ou grevées d'arrière-pensées.

D'abord parce que l'on vit monter au créneau, pour défendre les langues anciennes, des personnalités - journalistes, commentateurs, parents - dont on ne se doutait pas qu'ils consacraient leurs loisirs à lire ou à relire Cicéron dans le texte. Ensuite parce que les dispositifs et les programmes scolaires sont présentés de façon si complexe que l'on peut tout leur faire dire : il n'es ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine