Sortilège nervalien

Sortilège nervalien

Celui en qui certains voyaient le gentil Gérard s'est révélé dans ses dernières oeuvres, après la traversée de la « folie », comme un des prosateurs et des poètes majeurs de la langue française. Nerval avait l'ambition de rendre la parole au rêve et à la folie, afin d'offrir une « clarté nouvelle ». Ce qui est fait, et magnifiquement fait, dans Aurélia . Ne résistons au plaisir de citer l'ouverture : « Le Rêve est une seconde vie. Je n'ai pu franchir sans frémir ces portes d'ivoire ou de corne qui nous séparent du monde invisible... »

Théophile Gautier voyait en Nerval l'homme des « théories impossibles » et des « livres infaisables ». Aurélia décline le récit d'une maladie mentale et donne voix à la déraison, guère prisée depuis l' Eloge de la Folie d'un certain Erasme. Il faudra les surréalistes pour délivrer l'auteur des Illuminés d'un malentendu. Errance, amour, souvenir composent les thèmes dominants d ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes