Sorcier blanc is watching you

Sorcier blanc is watching you

Chronique de la révolution socialiste au Congo vue par un narrateur enthousiaste de 14 ans.

L'auteur de Petit Piment revient avec un roman familial et politique, explorant une nouvelle fois la révolution socialiste au Congo. Michel, le narrateur de 14 ans, vit à Pointe-Noire avec papa Roger et maman Pauline, dans une maison en planches. Bien que la propagande du régime lui ait lavé le cerveau, il rêve d'une belle voiture comme les capitalistes noirs qui défilent devant sa modeste parcelle. Ce samedi 19 mars 1977 où commence son récit, on apprend à la radio que le camarade président Marien Ngouabi a été assassiné. Un peu partout des coups de feu retentissent, annonce « La voix de l'Amérique », « La voix de la Révolution socialiste congolaise » n'en disant mot.

Pour Michel, « cette histoire de coups de feu que notre propre radio n'a pas annoncée est une provocation des impérialistes noirs et blancs qui cherchent à déranger notre pays et notre Révolution socialiste congolaise ». Surgissent d'autres théories complotistes, qui rivalisent d'extravagance : il se ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon