Songes et méandres

Songes et méandres

En chaussons chaussettes dans sa pièce de travail, gilet multipoche pour enfermer les apories volantes, Gilles Lapouge effleure les empilements géologiques de livres. Installés fort à leur aise un peu partout, ceux-là ronronnent sur le canapé, sur une table, dans des caisses en bois, les plus sages sur des étagères, les resquilleurs par terre. Ils ne dorment que d'un oeil, très occupés à brouiller les pistes, copains comme tout avec l'ombre et les poussières, ces escarbilles de temps.

Gilles Lapouge possède un don à nul autre pareil : « une habileté à me perdre qui confine au génie ». Il faut dire qu'il s'y applique avec acharnement, pas une minute de repos, pas une miette de distraction. « Je ne me contente pas de perdre les paysages. Tant qu'à faire, je sème aussi les heures. » Un coup de pied dans la fourmilière des années, histoire de réveiller au passage les strates des siècles qui roupillent.

Apprivoiser le temps demande de la souplesse, du doigté, et non les ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes