Songe des jours d'hiver

Songe des jours d'hiver

Pour cette deuxième édition, Jardins d'hiver est marrainé par Maylis de Kerangal et promet une alliance musique-littérature

peu avant sa mort il y a un an, l'éditeur Paul Otchakovsky-Laurens soutint le projet du festival Jardins d'hiver, raconte la programmatrice Astrid Massiot. En effet, afin de mener à bien cet événement original dont l'idée était de « faire entrer le public dans l'intimité de l'écrivain », les organisateurs ont commencé à écouter des personnalités de l'édition. « On a voulu faire quelque chose qui reflète les envies des écrivains, lesquels souhaitent non seulement évoquer leur livre », mais aussi leurs influences et leur processus de création. Ainsi, l'auteur se transforme en libraire et, le temps d'une rencontre, donne ses conseils de lecture. L'an passé, le succès fut au rendez-vous : 22 000 visiteurs se rendirent à la première édition, où l'invitée d'honneur était Florence Aubenas.

Au tour de Maylis de Kerangal de donner le ton. « La transmission lui tient à coeur, et son oeuvre présente un aspect documentaire, absorbe le monde extérieur et en propose sa version au ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon