Sonate d'hiver

Sonate d'hiver

Les derniers jours d'Ingmar Bergman au prisme, entre réel et fiction, de la mémoire de sa fille.

La vieillesse est un naufrage, et le vieil homme vit sur une île. Sa femme n'est plus, les mots lui échappent, « globalement, il est seul ». Comment apprivoiser la mort qui vient ? Lui et sa fille décident d'écrire un livre ; ils se retrouvent à jour et à heure fixes pour évoquer sa vie, l'art funèbre des derniers jours, l'art tout court. Tout devait être enregistré. Las ! En 2007, le père meurt. Et les cassettes ne donnent rien - six enregistrements craquelés, un propos décousu, plaintif. « Mais nous pouvons parler encore un peu, non ? Je n'ai rien à faire. » Ne reste que la mémoire : déesse rétive, fille capricieuse.

De son propre aveu, Le Registre de l'inquiétude - qui n'évoque que « le père », « la mère » - est le roman le plus autobiographique de Linn Ullmann, le plus personnel. Un processus libératoire, où la fiction s'écarte parfois de la réalité : « Pour écrire sur des personnes réelles [...], il est nécessaire de [les] rendre fictives. » La femme veut découv ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article