Sombres héros de la mer

Sombres héros de la mer

Carsten Jensen

Le Danois Carsten Jensen, dont c’est le premier coup d’éclat, se laisse lui-même emporter sur près de 700 pages par son immense saga aux accents mythologiques. Celle du petit port de Marstal où, depuis des générations, la mer est l’unique moyen de gagner son pain, de défendre son pays, d’assouvir sa soif d’inconnu et de découvrir ses pires démons. Ainsi de Laurids, Albert et Knud Erik, trois hommes dont on suit sur près d’un siècle les périples depuis les côtes danoises jusqu’aux îles Samoa, en passant par l’Angleterre, la Russie ou la Tasmanie. Au gré de guerres sanglantes, de grandes découvertes et d’éternels retours au bercail, c’est un choeur de narrateurs anonymes qui chantent leurs déboires, par le truchement d’un « nous » légendaire. Nous, les noyés ressuscite avec un souffle épique les grandes heures du roman d’aventures. La phrase de Jensen épouse le flux et le reflux des mers, s’étirant à l’envi avant de s’échouer sur une image de capitaine Achab ou de balein ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire :Divers, Pierre Guyotat, éd. Les Belles lettres, 496 p., 27 E.