Soleils brillants de la jeunesse

Soleils brillants de la jeunesse

Étrange destin que celui de Denton Welch : vie brève né à Shanghai en 1915, colonne vertébrale brisée à 20 ans, santé fragile, mort en 1948, carrière modeste et postérité discrète, malgré les louanges tonitruantes de William Burroughs, qui dit s'être inspiré de lui pour le personnage de Kim dans Parages des voies mortes. Outre de nombreux dessins, il laisse une trilogie romanesque dont Soleils brillants de la jeunesse, paru en 1943, est le deuxième volet. Comme le premier, Voyage initiatique, c'est un roman de l'enfance : celle d'Orvil Pym, jeune Anglais orphelin de mère qui, durant l'été, se trouve livré à lui-même dans un palace. Rencontres ambiguës, émois du passage à l'âge adulte, balancement entre l'enfance et l'adolescence, ses aventures sont décrites par Welch avec un mélange captivant de naïveté et de perversité. Un univers onirique, presque merveilleux, pour un texte inclassable.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé