Inégalités de classes maternelles

Inégalités de classes maternelles

Le sociologue Bernard Lahire a piloté une ambitieuse étude sur les inégalités dès l'enfance, s'intéressant à des enfants de 5-6 ans de divers milieux. Une étude en forme d'alarme sur ces enfants qui n'ont de commun « qu'une apparente similitude biologique ». Enfances de classe a été publié au Seuil ce 29 août.

Par Aurélie Marcireau. 

« Les enfants vivent au même moment dans la même société mais pas dans le même monde ». Voici la formule qui a guidé Bernard Lahire dans le projet très ambitieux que constitue Enfances de classe, publié au Seuil ce 29 août. Ces 1200 pages composent une étude sociologique d’une ampleur inédite effectuée auprès d’un public peu étudié : les enfants de 5-6 ans. Le sociologue, disciple de Bourdieu, a dirigé pendant 4 ans une équipe de 17 chercheurs. Ils ont rencontré et suivi 35 enfants du même âge (grande section de maternelle) dans différentes villes et divers milieux sociaux. Une étude large qui englobe des entretiens avec les enfants et les entourages, s’intéressant aussi bien à l’habitat, aux loisirs ou au régime alimentaire. Le but : saisir le processus de constitution précoce des inégalités sociales de classe. L’ouvrage comporte deux parties principales : les chapitres consacrés à chacun des enfants puis les « points d’inégalités » mis à jour par ces mêmes cas (habitat, rapport à l’obéissance, lecture etc.). 

Dès la grande section, les différences sont bien visibles et les écarts déjà objectivés. « Les inégalités précoces entre enfants sont un fait central auquel l’ensemble des pratiques et politiques liées à la politique de la petite enfance devrait être rapporté » écrit l’auteur. Cette connaissance des inégalités qui se creusent dès les premières années de la vie sera utile aux politiques publiques pour éviter cette reproduction, espère Bernard Lahire.  

Que les dés soient joués très tôt n’est pas une découverte bien sûr, mais les différences n’en restent pas moins saisissantes. Les enfants n’ont pas les mêmes accès aux biens et institutions destinés aux plus petits. Et ils ne peuvent évidemment s’approprier que ce qu’on leur donne. L’évidence devient concrète à la lecture des témoignages… De Libertad, petite rom à Yoann fils d’ingénieur qui écoute du jazz ou Maxence fils de normalien, c’est bien dès la maternelle que se cristallisent les « identités individuelles et sociales ».  D’autant que « plus on monte dans la hiérarchie sociale, plus le gout de l’effort, du dépassement de soi, la "propension au leadership" sont présents dans les univers familiaux, dispositions qui préparent tôt les enfants à participer aux compétitions scolaire et professionnelle à laquelle consciemment ou non ils se destinent ».

Les adultes ne sont pas égaux, les enfants pas plus. Non seulement les petits ne partent pas avec les mêmes chances, mais le monde des uns est déjà beaucoup plus étriqué que le monde des autres. « Les inégalités que nous avons mises en évidence, qu’elles soient économiques, résidentielles, scolaires, langagières, culturelles touchent toutes, d’une façon ou une autre, à la question fondamentale de l’accès socialement différencié à toutes les extensions de soi possibles, à toutes les formes d’augmentation de sa réalité ou de son pouvoir sur la réalité. » Extension de soi et réalité augmentée pour certains et toute la vie qui se restreint pour les autres dès l'âge de 5 ans, le constat est sévère et souligne l'impuissance de l'école.  

Le chantier pour les politiques publiques est immense, et ce travail sociologique d'envergure apporte des données intéressantes pour tenter de trouver des solutions afin de faire tendre les enfants à plus d'égalité. 

 

À lire : Enfances de classe, Bernard Lahire (dir.), Seuil, 1229 p., 27 €. 

 

Sur le même thème :

La contre-démocratisation scolaire, critique d'École de Laurence de Cock

Les enfants terribles, critique de Prendre de Wilfried Lignier

Nos livres

À lire : La tempête qui vient, James Ellroy, éd. Rivages/Noir

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon

OCTOBRE :

 Microclimat judiciaire : entretien avec Judtih Rochfeld

► De Big Brother à Big Other : inédit du dossier Orwell-Huxley

► « Le génie français, c’est la liberté ! » : version longue de l'entretien avec Laurent Joffrin

Les écrivains journalistes avec RetroNews

Pour accompagner notre dossier sur la littérature érotique, nous vous proposons de plonger, en partenariat avec Retronews, le site de presse de la Bnf, dans la vie de Rachilde, la reine des décadents.

Illustration : Le journal des Débats, 27 mars 1899 - source : RetroNews-BnF