Slavoj Zizek (Slovénie, 1949)

Slavoj Zizek (Slovénie, 1949)

Parce qu'il traite avec un bagout insensé les sujets les plus hétéroclites - la « nécessaire intolérance », l'héritage libérateur et pervers du christianisme, l'oeuvre de Lacan, dont il fut l'élève, les films de David Lynch et les séries télévisées -, on minimise parfois le Slovène Slavoj Žižek. Lorsqu'on le croit fini, il ressurgit avec de nouvelles provocations. De fait, ce qu'il cherche, c'est à déstabiliser. Il rit même des critiques qu'on lui adresse en leur donnant raison - un « cas » dans la philosophie contemporaine. Il en est du reste une sorte d'« animateur », ayant dialogué avec Sloterdijk, Judith Butler, en passant par Agamben, Negri, Laclau et Badiou. Cela en fait un penseur vibrionnant que les grandes institutions se disputent et à propos de qui on pourrait reprendre ce que Wittgenstein disait de Spengler, l'auteur du Déclin de l'Occident : on peut accoler un signe « plus » ou « moins » devant n'importe laquelle de ses saillies, elle reste intéressante. La gra ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé