Simenon, journaliste du crime et des bas-fonds

Simenon, journaliste du crime et des bas-fonds

En février 1937, l'écrivain de polars Georges Simenon embarque les lecteurs de Paris-Soir pour une série de reportages aux côtés de la police parisienne. Dix articles jalonnés de drames humains et de crimes sordides.

Cette grande enquête s'intitule « Les Nouveaux mystères de Paris », en hommage aux célèbres Mystères de Paris d'Eugène Sue. L'inventeur du commissaire Maigret y décrit sa longue plongée dans les bas-fonds de la capitale, aux côtés de la police. Comme l'annonce – non sans un certain sensationnalisme – le quotidien, Simenon va étudier « comment le crime prend, de quartier en quartier, à Paris, un visage différent et comment avec le même courage, avec des méthodes semblables il est partout poursuivi et le plus souvent puni ». 

 

À retrouver dans notre dossier : « Georges Simenon, un génie en planque » (publié dans le mensuel N°21)

Mort il y a tout juste trente ans, le créateur du commissaire Maigret demeure encore souvent réduit, dans l’esprit de ceux qui ne l’ont pas lu, à son personnage tutélaire et au genre policier. C’est ignorer le continent de ses livres n’en relevant pas, ses romans « durs », ainsi qu’il les qualifiait lui-même. Il ne s’agit pas de les opposer aux enquêtes de Maigret mais de prendre toute la mesure d’une oeuvre immense, d’une écriture qui travaillait à l’os et cherchait à révéler « l’homme nu ».

Nos livres

À lire :Divers, Pierre Guyotat, éd. Les Belles lettres, 496 p., 27 E.