Signé Véry

Signé Véry

Pierre Véry, qui aurait eu cent ans aujourd'hui s'il avait vécu centenaire, comme l'aurait dit Roland Topor, est sans conteste un écrivain à part. On ne parle pas beaucoup de lui, on a souvent tendance à négliger son nom lorsqu'on évoque l'histoire de la littérature française du xxe siècle mais il a toujours ses admirateurs et ses inconditionnels. Chacun de ses livres est une évasion salutaire, vivifiante : on y entre comme on se promène dans la rue et, soudain, tout se met à changer et on se retrouve, presque malgré soi, au pays des merveilles. Pierre Véry déclarait du reste qu'il était sans cesse à l'affût du bizarre : « Recréer l'univers d'après ses rêves, disait-il, sa vision, telle m'apparaît être la fonction de l'écrivain. » Mais son bizarre n'a rien d'outrancier, il est plutôt un mode de vie, une manière de vivre, et c'est pourquoi la plupart des intrigues qu'il a imaginées ressemblent à des contes féeriques destinés aux adultes, même lorsqu'ils tournent autour d'une énigme c ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine