Sentinelle éternelle

Sentinelle éternelle

Liao Yiwu, qui vit à présent en exil, a dénoncé l'horreur de Tiananmen dans ses écrits. Le poète en a payé le prix en prison. Il a recueilli dans son dernier livre les témoignages des rescapés du 4 juin 1989.

liao Yiwu a l'étincelle d'un rebelle. La prison, la torture et le rejet n'ont pas eu raison de sa vivacité, de son humour et de sa volonté de dénoncer une Chine opprimée. Nous le rencontrons, à Paris, chez sa traductrice et complice engagée, Marie Holzman. On y cause autour d'un poêle à l'odeur citronnée et d'un thé appelé Parfum de résistance. Ce gardien de la mémoire publie Des balles et de l'opium, un texte puissant sur les survivants de Tiananmen. « Ils expliquent la vérité et la vie de l'intérieur. » La sienne se révèle inouïe. Liao Yiwu semble renfermé, mais son visage s'illumine quand sa petite fille surgit. Ses livres sont un flambeau pour la nouvelle génération. « La répression qui s'est abattue le 4 juin 1989 sur le peuple chinois désireux de justice et de liberté s'est poursuivie sans relâche jusqu'à ce jour. »

Votre père était professeur de lettres. Lors de la Révolution culturelle, il a été envoyé en centre de rééducation. Est-ce lui qui ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine