S'emmêler les Picasso

S'emmêler les Picasso

Invité à un face-à-face avecle peintre, l'écrivain algérien se perd dans une méditation confuse.

Un écrivain visite une exposition, le temps d'une nuit, seul avec des tableaux et un lit de camp : c'est ce que propose une nouvelle collection de Stock, « Ma nuit au musée ». Kamel Daoud, qui inaugure cet exercice noctambule, a choisi le musée Picasso, pendant l'exposition « Picasso, 1932. Année érotique », l'hiver dernier. Éphéméride sensuelle, l'exposition donnait à voir un an dans la vie du peintre par le truchement d'oeuvres qu'il consacra à sa jeune maîtresse, Marie-Thérèse. Dès la page des dédicaces du Peintre dévorant la femme, l'écrivain divulgue ce qui l'a attiré dans la langueur de ces nus bariolés. Dédié « Aux femmes qui, dans le monde dit "arabe" ou ailleurs, n'ont pas le droit à leur propre corps », le nouveau livre de l'auteur de Meursault, contre-enquête contemple l'écart culturel qui sépare l'Occident et l'Orient musulman.

Développant une métaphore filée sur la séduction comme chasse et l'érotisme comme dévoration, Kamel Daoud dessine les li ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon