Secret professionnel

Secret professionnel

Il ne suffit pas de refuser la fonction d'écrivaine pour ne pas en être une. À preuve, les brillantes chroniques de la Brésilienne.

« Si vous croyez que je vais recopier ce que je suis en train d'écrire ou corriger ce texte, vous vous trompez. Les choses suivent leur cours. Je ne me relirai que pour corriger les fautes de frappe. » Évacuons d'emblée tout soupçon de manque de professionnalisme : quand Clarice Lispector écrit ces lignes en 1971 pour une chronique titrée « Au gré de la machine », ce n'est pas pour confesser un je-m'en-foutisme impénitent, mais pour condenser en quelques phrases son rapport à l'écriture. À lire son abondante production pour divers journaux brésiliens pendant un peu plus d'un quart de siècle, on serait tenté de voir en l'auteur de Près du coeur sauvage une graphomane roulant sans frein sur l'autoroute de sa pensée. « Les choses suivent leur cours » : manière de dire que l'écriture traduit moins, chez elle, une intention lentement mijotée qu'un laisser-aller rapidement couché sur le papier.

Ses chroniques ont beau briller de formules lumineuses et, très souvent, absol ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes