Se ressaisir ou disparaître

Se ressaisir ou disparaître

Seule la Chine semble avoir pris la pleine mesure des défis auxquels le genre humain est confronté, tandis que l'Occident paraît avoir jeté l'éponge et ne cherche pas à repenser son modèle de développement.

sur toutes les questions, et tout particulièrement celles qui portent sur de grands phénomènes de société tels qu'un effondrement éventuel de l'Occident, l'anthropologue s'efforce d'abord de prendre de l'altitude : y a-t-il une réponse dans la nature humaine, sachant que celle-ci n'a pas cessé d'évoluer, une composante culturelle étant venue s'ajouter au donné purement biologique. Nature et culture humaines constituent une combinaison indécomposable depuis l'invention du langage, et surtout celle de l'écriture, qui a offert à la culture son « grenier à grain ».

Partons du biologique. L'homme est aux yeux des biologistes une espèce sociale, colonisatrice et opportuniste. Une espèce « colonisatrice » envahit son environnement jusqu'à atteindre les limites de ce qu'on appelle la capacité de charge d'une espèce par rapport à celui-ci. Elle doit alors se trouver un nouvel environnement. Le genre humain a commencé par envahir la partie hospitalière de la Terre, ensuite sa ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Aurélie Charon © S.Remael/Ed. L’Iconoclaste

Aurélie Charon
Autrice de C'était pas mieux avant, ce sera mieux après (L'Iconoclaste)

Nos livres

NUAGE ORBITAL, Taiyô Fujii, traduit du japonais par Dominique et Frank Sylvain, éd. Atelier Akatombo

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine