On se fait la valise ?

On se fait la valise ?

Ce mot du voyage, banalisé, capable de symboliser le départ, désigne aujourd'hui sans grande précision un « bagage », mot plus ancien. Valise apparaît au xvie siècle, à peu près en même temps que dévaliser, qui n'est pas plus analysé aujourd'hui que détrousser, où se cache la trousse. Pourtant, cette trousse du voyageur, sorte de sac enroulé, était la forme médiévale de bagage emporté par le cavalier, tout comme la valigia italienne, importée en France à l'époque où tout ce qui était italien plaisait. Détrousser, dévaliser, même méfait : ouvrir les bagages pour y prendre ce qui s'y trouve.

Ce sac, souvent de cuir, placé transversalement derrière le cavalier - en croupe - s'est complètement transformé en un bagage beaucoup plus rigide, et de forme rectangulaire « parallélépipédique » est vraiment lourd ! en délaissant le cheval.

Le mot valise a le charme du mystère. Derrière le mot italien, on découvre un terme latin inconnu des Anciens, car on ne le trouve qu'au xiie s ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes