On se bascule

On se bascule

Tout le monde peut un jour se retrouver du mauvais côté. » Karine Tuil aime scruter ces moments où les vies basculent. Celles de Jean et Claire Ferel sont des modèles de réussite : lui est un journaliste politique ayant gravi les échelons du succès, elle une essayiste féministe. Mais leur couple bat de l'aile. « On était souvent déçu par la vie, par soi, par les autres. » Claire retrouve l'amour auprès d'Adam. Un soir, leurs enfants respectifs - Mila et Alexandre - sortent ensemble. La fête tourne au drame lorsque la jeune fille accuse le second de viol. Aux assises de trancher. C'est seulement à partir de là que le roman devient intéressant. Chacun est renvoyé à ses interrogations. Pourquoi en est-on arrivé là ?

Karine Tuil aime porter un coup de canif aux apparences. « On est dans la zone grise. On n'a pas une mais deux vérités. » Mais le livre va encore plus loin en questionnant la culture ou l'éducation. « L'on pouvait déterminer l'état d'une société au fonctionnement d ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard