Scène d'amour

Scène d'amour

Pour le Romain Nino, les jeux de l'amour ne peuvent s'exercer que dans son cours de théâtre.

Qui parle ? C'est le problème essentiel que doit régler tout romancier. Qui prend en charge la narration ? À quelle distance la « voix » dite omnisciente se trouve-t-elle des personnages, de l'auteur, du lecteur ? Paolo Di Paolo opte pour un procédé tout à fait original, qu'on ne dévoilera pas ici, mais qui fait en grande partie le charme de son livre.

Il est question d'amour, en ces pages, il est question de Rome, ville-personnage éternelle baignée d'une « lumière insolente », question de théâtre, aussi, comme répétition - ou miroir - de la vie. À peine sorti de l'adolescence, Nino Morante donne des cours à des septuagénaires grincheux. Voici Teresa, plus âgée que lui de sept ans. Débarquée en ville depuis peu, elle tente de se remettre d'une histoire douloureuse. La tante de Teresa ? Grazia, actrice ratée - la professeur du jeune homme. C'est tout pour les premiers rôles. Et presque tout pour l'histoire. Nino, apprenti séducteur, n'a fait jusqu'ici que folâtrer. Teresa l'a ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes