Savoir, vivre

Savoir, vivre

Pour l'humaniste italien, l'érudition n'est pas synonyme de tour d'ivoire mais de bien commun.

« Nul homme n'est une île, complète en elle-même ; chaque homme est un morceau du continent, une part de l'océan. » Projetée sur notre présent, la citation de John Donne dans ses Méditations en temps de crise de 1624 illustre ce qui est, selon Nuccio Ordine, la puissance des classiques : nous rappeler aux impératifs fondamentaux de l'humanisme, aux règles de l'hospitalité à l'heure où les frontières s'abaissent sur nos pays et sur nos mers. Éditeur de Giordano Bruno, fin connaisseur de la Renaissance, Nuccio Ordine prend la suite d'Umberto Eco pour nous rappeler les vertus de l'érudition et la mettre au service du bien commun.

Suivre les légendes qui accompagnent dans la médecine de la Renaissance la récolte de la sève du baumier et l'observation de ses vertus thérapeutiques jusqu'à leur interprétation chez Bacon comme allégorie de la bonté n'est donc pas un vain détour, mais une manière de nous rappeler que nous sommes citoyens et héritiers du monde entier ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine