Sauver sa propre histoire

Sauver sa propre histoire

Employé d'une mystérieuse multinationale, un écrivain est pris dans les filets du Big Data.

Dans La Vie de jardin, le précédent roman d'Alexis Brocas (journaliste au NML), il y avait un gazon impeccablement taillé et des mauvaises herbes indisciplinées : dans la banlieue ouest parisienne, pendant que les adultes se conformaient aux mythes de la bourgeoisie catholique (maison avec jardin, rejetons chez les frères des écoles chrétiennes, réussite sociale s'enroulant autour des affects comme une plante grimpante), une bande d'adolescents tentait d'écrire son histoire dans des jeux de rôles peu avares en cochonneries puis des raves électrisées par la drogue. Un dieu dans la machine a tout d'une bouture pratiquée sur son prédécesseur avec comme narrateur une version adulte d'un des jeunes de La Vie de jardin et une même obsession pour les fictions qui structurent nos vies. De gratte-papier pour une rubrique de faits divers, le narrateur se mue en écrivain raté avant de se retrouver « rédacteur » chez Larcher, une multinationale travaillant en ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Aurélie Charon © S.Remael/Ed. L’Iconoclaste

Aurélie Charon
Autrice de C'était pas mieux avant, ce sera mieux après (L'Iconoclaste)

Nos livres

NUAGE ORBITAL, Taiyô Fujii, traduit du japonais par Dominique et Frank Sylvain, éd. Atelier Akatombo

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine