SARINAGARA

SARINAGARA

Sarinagara en japonais signifie « cependant ». Un titre étrange pour un livre qui l'est tout autant. L'auteur nous convie à un périple de Kyoto à Kobe en passant par Tokyo mettant en scène le grand maître dans l'art du haïku Issa, l'inventeur du roman japonais moderne Sôseki et le premier photographe des victimes de Nagasaki, Yosuke. Sarinagara, est un récit à la beauté hybride, à mi-chemin de l'essai et du roman, qui est également celui d'une obsession. « Un enfant meurt, et c'est toute une histoire qui commence », confesse le romancier. Ce sera d'abord celle de L'Enfant éternel prix Femina du premier roman 1997. C'est encore et toujours celle de Sarinagara à travers les histoires de Sôseki, Issa et Yosuke qui rejouent à leur manière le drame d'un écrivain à jamais inconsolé de la mort de sa petite fille. Au Japon, le roman shôsetsu est « une parole pour rien, un mot qui sort du c?ur des hommes et ne leur offre aucune consolation durable. Juste le répit d'un soupir. » Belle définit ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes