Saramago sur le palier

Saramago sur le palier

La plupart des gens se demandent qui sont ces inconnus qu'ils croisent dans le bus, dans le couloir d'un immeuble, dans la rue, quelle vie ils mènent et avec qui, ce qu'ils peuvent bien penser de... Et puis ils oublient, ils avancent, anonymes parmi des anonymes. Mais écrire, n'est-ce pas justement saisir la possibilité de s'arrêter un moment pour éprouver une image, un personnage, une situation et, à défaut d'avoir accès à leur réalité, leur donner une vie fictive ? José Saramago, dans les années 1950, a posé son regard et sa plume sur les habitants d'un immeuble, dans une ville portugaise, sans nom elle aussi. Son récit, d'abord circonscrit à l'apparence sociale de ses personnages, en dévoile déjà quelques indices de failles.

Un cordonnier se réveille, commence une journée de travail et aperçoit sa voisine à la fenêtre. Adriana, peu disposée à la conversation ce jour-là, retourne à sa machine à coudre alors qu'elle préférerait se replonger dans l'histoire licencieuse de Did ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé