Santé, bonheur !

Santé, bonheur !

Les rêves d'hégémonie mondiale en 2049 de Xi Jinping se doublent à l'intérieur d'un contrôle social et d'une répression sans limites. L'édifice est-il si solide ?

Si je devais raconter la Chine d'aujourd'hui sous tous ses aspects, je n'en finirais pas et mon récit serait encore plus long que Les Mille et Une Nuits », écrit le romancier Yu Hua dans La Chine en dix mots (Actes Sud, 2010). Plutôt que de raconter, nous cherchons, dans ces pages, à entrer dans la pensée, dans l'imaginaire des Chinois, et notamment de Xi Jinping. Et si Les Mille et Une Nuits sont un long songe, le « rêve chinois » du président n'a rien d'une chimère mais tout d'une volonté adossée à une idéologie forte. Une quête de puissance économique, diplomatique, mais aussi culturelle, démultipliée à l'horizon 2049. Alors que les Européens s'émeuvent du sort du port du Pirée passé sous pavillon chinois, que l'Afrique semble emmaillotée dans les fameuses nouvelles routes de la Soie et que le voisinage du pays s'inquiète de ses manoeuvres militaires, Xi Jinping, président de la République populaire de Chine, regarde loin devant. Pour le centenaire de l ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon