« Non-conformistes » : Sans parti de partout

« Non-conformistes » : Sans parti de partout

« Ni droite ni gauche » : ainsi se voulurent dans les années 1930 des intellectuels français, aux destins ultérieurs très divers.

Réaction, La Revue du siècle, Plans, Mouvements, L'Ordre nouveau, Esprit, L'Homme réel, etc. : entre 1930 et 1940 surgissent en France une kyrielle de revues, associées à des chapelles politiques informelles, comme La Jeune Droite, ou plus organisées, telles que La Troisième Force. Animées par des intellectuels d'une vingtaine d'années, venus les uns, comme Thierry Maulnier et Jean-Pierre Maxence, de l'Action française, les autres, Arnaud Dandieu, Robert Aron, Emmanuel Mounier, etc., de la gauche chrétienne ou syndicale, ces publications marginales (2 000 exemplaires chacune) soutiennent des thèses, dans le détail, différentes. Mais elles partagent une même vision critique, au point qu'elles échangent souvent entre elles des articles. Ce qui rapproche ces jeunes « non-conformistes » de tous bords (1), lecteurs de Proudhon, de Péguy et de Bernanos, réside dans une commune opposition à la démocratie parlementaire, née du constat que les formules des « partis ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine