Sans offenser le genre humain.Réflexions sur la cause animale

Sans offenser le genre humain.Réflexions sur la cause animale

Il y a dix ans, avec Le Silence des bêtes éd. Fayard, 2001, la philosophe Élisabeth de Fontenay avait livré une étude magistrale sur la relégation des animaux dans la tradition philosophique. Renouant avec l'inspiration d'écrivains comme Romain Gary, Theodor W. Adorno ou Isaac B. Singer, elle éclairait la manière dont les animaux ont été traités - ou plutôt avilis - par la pensée anthropocentrique. Élisabeth de Fontenay donne une nouvelle audience à « la plainte de la nature ». Sans offenser le genre humain, recueil d'articles et d'interventions sur la cause animale, n'est pas seulement un livre de philosophie. Dans la fidélité au geste de Derrida, c'est une « déconstruction » du discours philosophique, en tant que celui-ci n'a eu de cesse de mettre un bâillon sur la douleur des bêtes. Mais ce livre né d'une urgence politique est aussi l'occasion pour Élisabeth de Fontenay, sans « renier le parti des animaux » ni restaurer le « catéchisme » d'un propre de l'homme, d'interroger la no ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé