Sanjay Subrahmanyam Inde, 1961

Sanjay Subrahmanyam Inde, 1961

Un des maîtres mondiaux de l'« histoire globale », tenant compte à parts égales de toutes les civilisations.

né à Delhi, Sanjay Subrahmanyam, économiste de formation, s'est d'abord intéressé à l'histoire économique de son pays. C'est pour mieux comprendre certains de ses aspects qu'il est passé ensuite à une approche culturelle plus large. Polyglotte, fin connaisseur des archives des XVe et XVIe siècles, maîtrisant les traditions historiographiques d'Asie, d'Europe et des Amériques, il s'est rendu célèbre par son livre sur Vasco de Gama, The Career and Legend of Vasco da Gama, paru en 1997 en anglais et devenu un best-seller mondial. Contre la légende européenne des « Grandes Découvertes », il y raconte l'histoire du navigateur portugais en adoptant les points de vue décentrés des sultans africains, des mamelouks et des Indiens. C'est de l'histoire globale, mais Sanjay Subrahmanyam lui préfère le terme de « connectée ».

Dans ses travaux ultérieurs centrés sur la « première modernité » (tel est l'énoncé de la chaire qu'il occupe depuis 2013 au Collège de France), il ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon