Samuel Beckett

Samuel Beckett

Une parodie du théâtre de l'absurde, avec des silences qui en disent long, des attentes qui n'en finissent pas et Peter Brook en guest-star.

An 24 de la Guerre des Pastiches. Un de ces siècles, tôt le matin.

La scène est un trottoir roulant en panne. À gauche du bord droit, la scène. À droite du bord gauche, la scène.

À l'avant-scène, en 45.72°N, 04.87°E, un bébé clochard adulte est allongé sur le dos : Moy.

Il est emmailloté bras et jambes dans des langes, blancs-jadis, tachés-depuis. Il tient à la main, invisible sous ses bandages, un stylo vide.

Un cône lumineux tombant des cintres signale l'absence de Curtis.

Dans la salle, le public est attentif, à l'exception d'un homme à chapeau qui sommeille. En J24, une femme rousse ignore qu'elle a perdu ses clés elle le découvrira en sortant des Bouffes du Nord.

À l'extérieur du théâtre, il pleut.

Scène I

moy il essaie d'atteindre son biberon mais ses langes l'entravent. - Je me demande. Pause. Si je suis né mort ou. Rictus de macchabée. Si je suis mort-né. Il se tortille en essayant de rouler sur le côté ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes