Saga familiale et « archives de l'infamie »

Saga familiale et « archives de l'infamie »

Avec Pense à demain , suite de Dans la main du diable et de L'Enfant des ténèbres, Anne-Marie Garat appose le mot fin sur une entreprise de plus de deux mille pages parcourues par un étonnant souffle romanesque et un grand sens de l'intrigue. Renouant avec le roman populaire, elle revendique le droit de la fiction à interroger l'Histoire.

Centrée autour d'une famille d'industriels, votre trilogie commence en 1913, le deuxième volume en 1933, et le troisième volume se déroule en 1963. Pourquoi le chiffre 3 ?

Anne-Marie Garat. La trilogie des dates marque l'histoire de notre siècle, inauguré par la guerre de 1914. Hitler arrive au pouvoir en 1933. La dernière période, celle de Pense à demain, n'est plus historique : je l'ai vécue, adolescente. C'est celle des Trente Glorieuses, de l'essor économique et de la consommation, mais aussi d'un monde soumis aux ravages de la chimie, précipitant entre autres la disparition de la société paysanne. L'assassinat de Kennedy, en n ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé