Sablonchka

Sablonchka

« Il n'y a plus de jour il n'y a plus de nuit que ce grand écoulement entre les boues dans les veines et sous la peau. » Sans virgules, rédigé à la deuxième personne du pluriel, Sablonchka est le récit fluide et saccadé d'une apocalypse proche. Découpée en trois parties où reviennent six symboles graphiques, l'histoire progresse en croisant le pire et le meilleur : à mesure que l'horreur envahit tout, la poésie du texte s'impose comme un dernier bastion de l'humanité résistant au milieu du carnage.

 

À lire : SablonchkaFranck Doyen, éd. du Nouvel Attila, 110 p., 12 E.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé