Séduction : le ver dans le fruit

Séduction : le ver dans le fruit

les viles origines du séducteur

Q ui songerait aujourd'hui à mettre en doute la vertu de ce sentiment, qui entraîne de façon irrésistible l'être humain vers un objet de plaisir. Tous les mots exprimant cette idée, de séduire à séducteur ou à séduisant, transmettent l'attirance, l'envie, avec cependant un léger parfum d'artifice, notamment pour séducteur.

L'histoire de ces mots révèle un parcours plus compromettant, le verbe latin seducere , d'où vient séduire , est formé d'un élément se qui exprime l'éloignement, la privation, la séparation, et non pas simplement le pronom personnel réfléchi « soi ». Cet élément s'applique à ducere, « conduire, mener », que l'on retrouve dans conduire, produire ou traduire. Un autre composé, subducere, s'y est mêlé, sous la forme disparue suduire. Cela explique qu'au sen ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes