Ruée sur les pôles

Ruée sur les pôles

Quatre livres s'aventurent sur les banquises, jusqu'ici peu foulées par la littérature, entre hantise du krach climatiqueet nostalgie d'un monde en voie de disparition.

face au dérèglement climatique, les écrivains ne pouvaient rester plus longtemps tièdes. Certains se révèlent aujourd'hui glacés. Ils ont choisi d'aller nager vers les pôles, probablement le cadre romanesque le moins usité de tous les temps, abstraction faite de Jules Verne. Le Britannique Ian McEwan fut un explorateur pionnier il y a sept ans : son roman Solaire (2010, Folio) s'ouvrait sur l'escale burlesque d'un climato-sceptique dans une station arctique. Ces derniers mois, ce sont au moins quatre aventures polaires qui sont parus : les tangages d'un navire de prospection dans l'Arctique (Polaris, de Fernando Clemot), la tocade d'un retraité fasciné par les manchots (La Fonte des glaces, de Joël Baqué), la communauté d'un parc de caravanes isolé dans une Écosse en pleine glaciation (Les Buveurs de lumière, de Jenni Fagan), le séjour atone d'un écrivain dans un minuscule avant-poste du Nord canadien (Churchill, Manitoba,...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon