Rome, capitale de l'effondrement

Rome, capitale de l'effondrement

Le thème de la chute des monuments antiques de Rome traverse la conscience occidentale, au moins depuis que Lucain, parlant de cette Rome d'avant qu'était Troie, fit énoncer à César une phrase devenue maxime : « Même les ruines ont péri. » La fin d'une ville qui s'était assumée comme un monde devait se poursuivre dans la chute du monde lui-même. Comme le dit la phrase de Bède, elle aussi une des maximes de la tradition : « Tant que le Colisée tiendra, Rome tiendra ; quand le Colisée tombera, Rome tombera aussi ; quand Rome tombera, le monde tombera aussi. » Cette conception gouverna une certaine pensée eschatologique de l'Occident, qui s'exprima dans les temps de Grande Peur et de Réforme. Il y a toute une vitalité millénaire du thème de la fin du monde qui, comme une forme de crainte alerte la vie, paraît rendre l'existence plus intense.

Les principes de l'instinct de survie individuel s'étendaient à la civilisation et se manifestaient dans la pratique, religieuse mais aussi ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine