Romans à la limite

Romans à la limite

La « mort de l'auteur » a ouvert le bal d'une littérature qui avance contre elle-même.

Guidé par la formule de Roland Barthes selon lequel « la modernité commence avec la recherche d'une littérature impossible », l'essai de Dominique Rabaté s'attache à comprendre pourquoi, depuis Rimbaud et Mallarmé, le récit s'est engagé dans sa propre mise en crise, dans sa propre autocontestation. L'hypercomplexité, le rêve d'impersonnalité, le fantasme d'autoeffacement, la peur de l'épuisement sont quelques-uns des traits qui caractérisent le récit dans le combat qu'il entame au XXe siècle contre le roman romanesque et ses déterminismes frelatés : une « réflexivité retorse » récuse toute innocence narrative pour produire un « extraordinaire pathos de l'écriture ».

Ce « travail du négatif » guide Dominique Rabaté et lui permet de produire une histoire alternative de la littérature au XXe siècle : la mise en crise du roman, la quête des limites du récit, le doute sur le narrateur et sa possible imposture dessinent les orientations déterminantes d'une autre histoire littérai ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article