Roger Scruton Grande-Bretagne, 1944

Roger Scruton Grande-Bretagne, 1944

Son « nouveau conservatisme », même vague (et sans doute pour cette raison), fait recette à droite.

roger Scruton a débarqué sur la scène intellectuelle au printemps dernier avec un livre de compilation assez médiocre, Conservatisme. Célébré par certains comme un nouveau Burke, ce philosophe et romancier est connu de longue date. Avec lui, on est loin des rudes provocations des néoconservateurs américains. Plus sophistiqué dans son style que dans ses idées, il dit attendre le jour où la défense des traditions reviendra à la mode. Pour l'instant, elle progresse dans le sillage de la vague populiste, comme en témoigne le succès d'estime rencontré par l'essai de David Goodhart, The Road to Somewhere, lequel, opposant les « gens de quelque part » (attachés à leur pays) à ceux « de nulle part » (les « bobos » déracinés), semble le manifeste version British de nos gilets jaunes.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon