Roberto Bolaño l'intranquille

Roberto Bolaño l'intranquille

La littérature met tout en jeu. Ce que savait parfaitement Roberto Bolaño, dont la prose apatride a provoqué une rupture importante dans la littérature latino-américaine contemporaine, si ennuyeuse et folklorique, quand bien même certains font comme si de rien n'était et perpétuent le culte des coqs amazoniens et des vierges en lévitation. En fait, le thème du risque définit une partie de la poétique de Bolaño, l'écrivain ayant toujours cherché à toucher aux confins de la froideur et du vide avec sa littérature de résistance, de survie, habitée par des personnages désespérés, à la dérive, se croyant toujours à bout de forces. Pour ma part, je crois que Bolaño écrivain a passé sa vie à illustrer quelques mots de Kafka adressés à son ami Janouch : « La littérature cherche le confort. L'écrivain, au contraire, cherche le bonheur, ce qui est tout, sauf confortable. »

Lors d'une conversation entre Ricardo Piglia et Roberto Bolaño, publiée par El País en 2001, le premier révélait l ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes